Blog

Comment boire le champagne

Comment boire le champagne

Pour un véritable connaisseur, acheter, conserver et servir du champagne est un plaisir très subtil qui exige certaines connaissances.

Le développement remarquable de la vente du champagne en France et à l’étranger depuis la dernière guerre et surtout depuis les années 1960 a fait naître une quantité de marques, d’étiquettes et d’expressions qui peuvent embarrasser l’amateur de bon champagne.


Savoir acheter le champagne

Le choix du consommateur devra donc tenir compte, dans la mesure du possible, des indications suivantes:

  • contrairement à d’autres vins, le prix du champagne n’est pas une garantie de qualité. Certains champagnes médiocres alignent en effet leurs tarifs sur ceux des grandes maisons;
  • les champagnes des grandes maisons tiennent à mettre en valeur certaines qualités dominantes.

Sans que l’on puisse donner la liste exhaustive, on peut distinguer les caractères suivants :

  • Champagnes frais, gouleyants, faciles à boire : Laurent-Perrier, Lanson, Piper Heidsieck, Mercier…
  • Champagnes plus bouquetés et plus charpentés : Mumm, Perrier-Jouet, Pommery, Ruinart, Taittinger…
  • Champagnes plus corsés et plus puissants : Bollinger, Krug, Pol Roger, Veuve Clicquot, Roederer, Moët et Chandon…

Savoir conserver le champagne

La qualité d’un champagne est en partie liée à la taille de la bouteille. En effet les quarts et les demi-bouteilles sont remplis par transvasement d’une bouteille courante, et le caractère délicat du champagne supporte mal cette opération. En revanche, le champagne en magnum (d’une contenance double de la bouteille courante, soit 160 cl) passe pour être toujours d’excellente qualité.

Il est inutile (si ce n’est par curiosité) de conserver très longtemps le champagne en cave. On admet d’habitude que, passé une dizaine d’années, il court certains risques : la madérisation peut commencer à produire ses effets et le gaz carbonique, si bien close que soit la bouteille, s’épuise lentement.

Le champagne doit toujours être entreposé dans un endroit frais et obscur (une cave de préférence) et si possible à une température de 10 à 12 degrés.

Les bouteilles doivent être couchées de façon à ce que le bouchon soit entièrement baigné par le liquide. Un bouchon sec est toujours l’indice que le champagne a souffert et qu’il a pu se produire ce que les Champenois appellent des “couleuses” c’est-à-dire des pertes de gaz et parfois même de liquide.

Savoir servir le champagne


Comme tout ce qui concerne ce vin exceptionnel, le service du champagne demande plusieurs précautions particulières.

  • La température

Elle doit se situer entre six et huit degrés. Lorsque le champagne est servi à une température plus froide il perd toute sa saveur ; plus chaud il se dénature et ne mousse pas ou au contraire mousse trop et sa mousse ne tient pas.

On évitera de laisser une bouteille de champagne dans un réfrigérateur. Il est préférable, à la sortie de la cave, de le faire rafraîchir quelque temps dans un seau contenant un mélange d’eau et de glace.

  • Le débouchage

Il doit s’opérer, la bouteille légèrement inclinée, sans heurt et donc sans bruit, pour éviter toute perte de mousse. Il faut également s’assurer que le bouchon n’a pas d’odeur. Il arrive en effet qu’un défaut du liège puisse communiquer un mauvais goût au vin. Dans ce cas, les grandes maisons de champagne remplacent toujours gracieusement la bouteille.

  • Les verres

La coupe traditionnelle est à proscrire en raison de sa forme trop évasée. La flûte ou mieux encore, le verre tulipe, sont les formes qui conviennent le mieux au champagne ; mais on peut également utiliser tous les verres de forme ovoïde. En général, le verre ne se remplit qu’à moitié.

Related Articles

Close