Blog

Alexandro Jodorowsky professeur dimagination Le theatre de la guerison de lacte poetique a la psychomagie

Alexandro Jodorowsky professeur dimagination Le theatre de la guerison de lacte poetique a la psychomagie

Gilles Farcet se fait témoin du parcours atypique du cinéaste chilien, tourné vers la recherche d’authenticité. Lorsque guérison rime avec imagination

« Je voudrais que les lecteurs de notre livre laissent au moins se déposer en eux l’idée de la puissance thérapeutique de l’imagination », s’exclame Jodorowsky à la fin de la longue interview avec le journaliste Gilles Farcet, dont résulte Le théâtre de la guérison. Une bonne dose d’imagination, mais aussi d’intuition, de générosité et de travail sur soi ont permis à ce « charlatan transcendantal » de faire mûrir son expérience artistique en méthode thérapeutique. La psychomagie se définit donc comme l’acte final d’un long parcours personnel, passant à travers la poésie, le théâtre, le rêve et la magie.

De l’acte poétique au happening

Le premier acte de cette sorte d’autobiographie artistique ne peut être que la poésie, qui enveloppait, dans les années 1940, le Chili de sa jeunesse. De la « poésie en acte » préconisée par le futuriste Marinetti à l’« acte poétique » il n’y a qu’un pas. Il suffit de saisir le côté « illogique, exubérant » de la réalité et d’intervenir sur elle, tout en faisant face « à sa mort, à l’imprévu, à notre ombre ».

Parfois violent, toujours choquant, jamais destructeur, l’acte poétique côtoie la performance, dont le but est celui de bousculer notre perception de la réalité quotidienne. A l’heure du foisonnement des happenings aux États-Unis, Jodorowsky incite des gens enthousiastes à participer à ses « éphémères paniques », où l’acteur sera un « poète en état de transe ».

Vers la psychomagie : traverser le rêve et le magie

Le récit de ce parcours initiatique se poursuit à travers une exploration des rêves, qui deviennent lucides, palpables, dirigés par la volonté même de l’artiste. Changer la réalité comme l’on peut changer le cours d’un rêve devient alors le but final de cette recherche, qui amènera à la mise en place de la psychomagie.

Autre facteur d’intervention sur le réel : la magie, telle qu’elle est pratiquée par certains sorciers d’Amérique latine. La guérisseuse Pachita soigne, opère, grâce à des symboles et à des rituels sanglants. C’est elle qui lui apprendra à s’adresser à l’inconscient à travers des actes, des paroles et des objets. Magie ou psychologie ? Sorcellerie ou prestidigitation ?

Clown mystique

Jodorowsky se met en scène, tel un « acte psychomagique ambulant » qui fascine et laisse bouche bée. « Changer la vie ! » s’exclamaient les surréalistes. Si l’artiste n’a de cesse de réclamer le pouvoir de transformation de l’imagination, c’est que la réalité se rend disponible uniquement à ceux qui savent la lire avec lucidité. Une bonne dose de bon sens et de méthode est au cœur de ce périple plus psycho que magique.

Et le théâtre dans tout ça ? Il apparaît comme une “force magique” qui sert à éveiller la personne renfermée dans le personnage social, dans la lignée des expérimentations du début du siècle ainsi que d’un certain théâtre militant des années 1960. En équilibre entre lucidité et abandon, la sacralité du diable et celle de Dieu, sans jamais perdre de vue la lumière, celle des sages.

Related Articles

Close